| english | deutsch | español | français | ---
Justice pour Kalinka Justice pour Kalinka Justice pour Kalinka
.: Accueil .: Affaire .: Médias .: Soutien .: Association
.: Association .: Les réunions


Actions
.: Depuis l'enlèvement
.: Le Mandat d'Arrêt Européen
.: Les autorités allemandes
.: Le Ministère de la Justice
.: La communauté allemande toulousaine
.: La plainte d'André Bamberski
.: Et encore ...
L'association
.: Les statuts
.: Les réunions



Justice pour Kalinka



 Annonce du vendredi 10 janvier 2003

Chers adhérents,

Recevez d'abord nos vœux les plus amicaux. Nous formulons un souhait modeste qui ne devrait pas irriter les puissances supérieures : que, pour tous, 2003 s'éloigne un poil du pire, et se rapproche un tantinet du meilleur.

Depuis mai dernier, date de notre dernière réunion, nous avons mené en direction de l'Allemagne l'action prévue.

A la suite de notre manifestation devant le Consulat, Mme Lücke-Hogaust Consul général d'Allemagne a reçu, en présence du Vice-consul M. Hagenburger, le président R. Pince, la trésorière M.H. Durey, et A. Bamberski, le 4 juillet à Bordeaux. L'association a exposé les éléments choquants de l'affaire Kalinka qui ont motivé sa création, notamment les graves dysfonctionnements constatés dans les attitudes des autorités judiciaires, médicales et politiques allemandes. A titre personnel Mme Lücke-Hogaust a fortement exprimé sa surprise scandalisée, notamment à propos des classements sans suite de l'affaire en Allemagne. Mais, questionnée sur la position officielle de l'Allemagne, elle a répondu que son pays s'en tient à l'arrêt de la Cour européenne selon lequel le procès par contumace français a été inéquitable. L'association a souligné alors que D. Krombach, après s'être plaint de son procès, s'est abstenu d'en demander le réexamen. Comme le jugement sur l'iniquité du procès n'annule en rien les charges accumulées contre lui, ni sa condamnation, l'impasse est donc complète. Mme Lücke-Hogaust a demandé un dossier pour étudier l'affaire, et pour la soumettre à un juriste très connu en Allemagne. Elle compte revoir l'association à Toulouse. Cette entrevue laisse espérer que l'affaire sera suivie et approfondie.

Autres entrevues : le 6 novembre avec M. Kaestner, responsable des Allemands d'Airbus et Président de l'association de l'Ecole allemande, le 20 novembre avec Mme Kuck-Witzig, pasteur (accompagnée d'une jeune femme pasteur stagiaire). Mme Kuck-Witzig était sensibilisée à l'affaire par les journaux (WAZ, La Dépêche). Ces personnes ont réagi avec sympathie, se sont informées, et se sont engagées à diffuser l'information sur l'affaire. Mme Kuck-Witzig doit parler du cas avec son conseil pastoral et à tous les Allemands qu'elle est amenée à rencontrer.

Les multiples lettres et mails que nous avons envoyés aux autorités allemandes et à tous les députés ont suscité quelques retours, notamment de 3 députés, et du Président fédéral. Celui-ci en particulier répond que le désaveu par la Cour européenne du jugement par contumace français annule la condamnation du tribunal français (alors que le Président de la Cour de cassation de Paris nous a écrit que cette condamnation reste malgré tout exécutoire). Il ajoute que l'Allemagne n'extrade pas ses ressortissants (alors que sa Constitution en réserve la possibilité). Il invoque enfin le classement sans suite de l'affaire en Allemagne, faisant fonctionner le principe selon lequel on ne peut être jugé 2 fois pour les mêmes faits (alors que D. Krombach n'a jamais été jugé, à proprement parler, en Allemagne). Nous allons envoyer notre appel aux députés nouveaux arrivés depuis les élections allemandes.

Bilan :

Notre action vers l'Allemagne sert sans doute à faire connaître l'affaire, mais suscite peu d'effets et de retours. G. Schröder n'a pas réagi à notre carte pétition bilingue, mais seulement à la lettre que nous avons envoyée à toutes les autorités allemandes. Pas de réponse non plus des mairies de Lindau ni de Scheidegg. (Ajoutons que " 13e rue " n'a pas donné suite à notre envoi de dossier).

Nous avons alors décidé de nous tourner de nouveau vers les autorités françaises, en nous adressant cette fois au Président de la République lui-même. En effet, il lui appartient d'" assurer par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics " (art. 5 de la Constitution).
Nous vous lançons donc un nouvel APPEL SOLENNEL, puisque vous, les adhérents, représentez notre seule force. La carte adressée en masse à Mme Lebranchu nous a fait frôler la réussite, car nous avons été à deux doigts d'obtenir le réexamen du procès. Il faut reprendre votre bâton de pèlerin et vous mobiliser de nouveau au maximum pour que nos appels soient, COMME LES PRECEDENTS A MME LEBRANCHU, ASSEZ NOMBREUX POUR DERANGER (CAR ILS AVAIENT VRAIMENT DERANGE). Soyez actifs, persuasifs, démultipliez-vous, usez du téléphone, du mail, de la poste, distribuez vos cartes à toutes et tous, mettez-en dans les lieux de passage.

· Envoyer et faire envoyer le plus possible, des lieux les plus divers et de l'étranger, la carte au Président Chirac, sans l'affranchir (le courrier au chef de l'Etat est dispensé d'affranchissement).
· N'hésitez pas à nous demander toutes les cartes nécessaires ou à les retirer à la mairie de Pechbusque : on peut en refaire autant qu'il faut. La carte est aussi téléchargeable sur le site internet de l'association.

" Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage ", prononçait le digne Boileau. Après tout nous n'en sommes, à bien compter, qu'à 4 ! Certain de votre soutien indéfectible, le bureau vous en remercie bien chaleureusement.

Le bureau


| Copyright © Association Justice pour Kalinka 2001 - 2010 - Tous droits réservés | Nous contacter |