< Association Justice pour Kalinka
| english | deutsch | español | français | ---
Justice pour Kalinka Justice pour Kalinka Justice pour Kalinka
.: Accueil .: Affaire .: Médias .: Soutien .: Association
.: Association .: Les réunions


Actions
.: Depuis l'enlèvement
.: Le Mandat d'Arrêt Européen
.: Les autorités allemandes
.: Le Ministère de la Justice
.: La communauté allemande toulousaine
.: La plainte d'André Bamberski
.: Et encore ...
L'association
.: Les statuts
.: Les réunions



Justice pour Kalinka



 Compte rendu de l'Assemblée générale du 4 novembre 2010

Présents
J. M. Alvarez, C. Alzieu, D. et R. Anot, E. et Y. Aragon, Ph. Arnal, M. Artaud, M. Artero, J. et M.C. Azum, A. Bamberski, S. Barde, J. et P. Bernon, A. Carles-Gibergues, C. Chadourne, D. et G. Chapuis, A. et C. Chauchadis, G. Czerepacha, A. Damin, P.et N. Delabre, M. C. Dignan, M. Dupuy, J. et Ch. Durou, Ch. Feldmann, G. Fonteneau, A. Garrouste, A. Gianesin, Ch. Gros-Copperie, D. Lelarge, M. Leport, A. et A. Lièvre, F. Mabille, G. Marty, S. Mazerolles, J. Monnier, A. Moussaron, N. Debar, O. Outrebon, R.et M. J. Pince, L. Perrot, M.J. Perrot, Y. et G. Queulin, J. et M. Raynaud, R. Rey, M. Rousseau.

Représentés et excusés
M. Alliet, O. Aragon, A. Bagur, J. L. et M. Bordier, R. Brémond, M. Bressolette, R. Calazel, Ch. et J. P. Canselier, M. Gazaniol, J. C. Jacob, Th. Jacquemin, B. Niederer, R. Rey.

L'assemblée commence à 20h 40.

Bilan financier
Beaucoup de cotisations, peu de frais : assurance et frais postaux essentiellement. Le bilan financier est approuvé à l'unanimité

Renouvellement partiel du conseil d’administration : E. Aragon, J. Bernon et R. Pince sont réélus au conseil d’administration à l’unanimité.

Le bureau s’est réuni 12 fois. Nous enregistrons toujours de nouvelles adhésions, notamment de lecteurs du livre, et nous comptons maintenant 850 membres. Nous répondons à de nombreux messages d’encouragement (récemment, à la suite d’une émission sur SWR filiale d’ARD, messages d’Allemands indignés). La secrétaire fournit la matière du site internet, envoie des exemplaires de l’ouvrage d’A. Bamberski. Nous avons vendu dans les 170 exemplaires (A. Damin à elle seule 63).

Sébastien Barde animateur du site de l’association annonce 32.891 visites. Il a ajouté des pièces officielles importantes, notamment le rapport d’autopsie, en allemand et en français. Il créé 3 sites parallèles en espagnol, anglais, et allemand, grâce à des traductions demandées à des adhérents (C. Chauchadis prof à l’université Tlse-Le Mirail pour l’espagnol, B. Niederer chercheur au CNRS pour l’allemand, P. Chauchadis prof en lycée pour l’anglais). Plus « grand public » que celui d’A. Bamberski (qui est plus spécialisé et maintenant suspendu), le site sert aux adhérents (invités à y renvoyer leurs connaissances), mais aussi aux journalistes et même aux magistrats : la juge qui a statué contre l’interdiction du livre s’y est référée.

Le président annonce qu’un producteur envisage de réaliser un film sur l’histoire d’André : film de fiction (avec acteurs et scénario), pour la télé ou les salles de cinéma. Un contrat est en cours de signature entre le producteur, l’éditeur et notre association. Délai 2 à 3 ans.

La plainte déposée par AB en 2002 pour collusion politique franco-allemande en vue de l’impunité de DK, ainsi que pour corruptions et entraves à la justice par des magistrats, s’est arrêtée définitivement en mai 2010 sur un non-lieu sans possibilité de pourvoi en cassation. Echec prévu, mais relatif : les dysfonctionnements sont officiellement reconnus (sans la « corruption » car selon ce jugement l’intention de nuire n’est pas avérée) ; AB a pu se procurer des preuves sur la volonté d’abstention de la justice française… et aucune attaque en diffamation n’a été intentée contre lui.

Mulhouse
Le dernier kidnappeur n’est pas encore identifié (mais la police allemande est très active sur le sujet…). A part AB, 2 acteurs de l’enlèvement, libérés sous contrôle judiciaire, sont mis en examen : Anton Krasniqi l’instigateur, 40 ans, Kosovar réfugié en Autriche depuis 93, marié à une Autrichienne et père de 2 filles de 13 et 15 ans, et Kacha Bablovani, Géorgien de 25 ans réfugié lui aussi en Autriche. Ils ont été confrontés entre eux et avec DK. Deux éléments peuvent jouer contre AB : la santé de DK (il a obtenu une incapacité temporaire de travail de plus de 8 jours), et l’ « arme » retrouvée sur place. Mais cette matraque, ou batte de base-ball, s’est avérée de façon surprenante appartenir, non aux kidnappeurs comme l’affirmait DK, mais bien à DK lui-même (il se plaint d’avoir été frappé avec, mais Bablovani aussi… ? !).

Paris
Maintenu en détention après 7 ou 8 demandes de remise en liberté et une prolongation, DK reste emprisonné dans des conditions privilégiées à l’hôpital de la prison de Fresnes. En dernier lieu : son 2éme pourvoi en cassation du 8 octobre, devant être traité impérativement avant le 14 janvier.
La juge Mme Jolivet a instruit pendant 10 mois. Sollicitée en mars 2010, la justice allemande a répondu en octobre, et négativement !.... alors que la police judiciaire allemande a collaboré au contraire très efficacement avec la police française, d’où témoignages d’Allemands venus à Paris.
DK a refusé de répondre à tout et de se prêter aux expertises psychologiques et psychiatriques obligatoires. La mère (divorcée de DK 7 ans après la mort de Kalinka) et le frère de Kalinka ont été interrogés, ainsi que le frère et la sœur de la 1ère femme de DK (morte à 24 ans de façon peu claire). Issu de témoignages de copains, de professeurs, un rapport souligne la belle santé, la sociabilité, la maturité de Kalinka. L’urgentiste (le Dr Jobst) qui a constaté la mort de Kalinka et n’a pas déclaré à la police, comme il l’aurait dû, cette mort inexpliquée, a témoigné avoir chargé DK de le faire, l’abstention de celui-ci devant retarder de 70 h l’autopsie. Deux Allemandes, mineures à l’époque, sont venues témoigner de viols après piqûres ; une 3ème consentante, témoigne que lors de ses venues au domicile de DK, celui-ci administrait à sa femme à son insu de puissants sédatifs. Un adhérent signale une 4ème plaignante : celle-ci n’est pas venue mais sa plainte est dans le dossier. Les assistantes de DK ont déclaré n’avoir jamais vu de dossier Kalinka ni d’analyse de sang, alors que DK a parlé d’« anémie » pour justifier la piqûre. Un médecin allemand auquel il se référait sur l’usage du Kobalt-Ferrlecit a démenti ses propos.
Le nouveau rapport médico-légal très complet élaboré par 5 profs de médecine de Paris confirme et complète les conclusions de celui de 88, qui avait conduit DK en cour d’assises pour homicide volontaire : choc cardio-vasculaire et asphyxie à la suite d’une piqûre intraveineuse. Les nouvelles méthodes d’analyse font maintenant mettre davantage l’accent sur le Frisium, puissant somnifère que DK a dit (un an après) avoir donné à Kalinka pour l’aider à s’endormir ce soir-là.
A la Cour d’assises la présidente sera Mme Xavière Siméoni, le procureur Pierre Kramer. La mère de Kalinka a fini par se porter partie civile. Que sera le verdict ? Peine encourue pour un meurtre aggravé (victime de moins de 15 ans) : la réclusion criminelle à perpétuité.

Un rapide aperçu est présenté sur les médias qui ont couvert l’affaire.

On renonce à la projection : il est tard. On enverra le DVD de l’émission de Karl Zéro (2 avril 2010 sur 13è rue) à ceux qui le demandent. On se sépare à 23h 15.

Bien cordialement à vous
Le Bureau


| Copyright © Association Justice pour Kalinka 2001 - 2010 - Tous droits réservés | Nous contacter |